Anglais

Louis Hébert, apothicaire  (env. 1575 - 1627)


Vue agrandie (63 Ko)
Le jeune apothicaire parisien* Louis Hébert avait sans doute hâte d'aller explorer le Nouveau-Monde en 1604. Il s'était joint à l'expédition de Pierre du Gua, sieur de Monts et de Samuel de Champlain, lesquels allaient s'installer à l'Île Sainte-Croix, (voir la carte) premier établissement Européen en Amérique. Cette Habitation représentait en fait tout un ensemble d'édifices en bois rond. C'est là que Louis se préoccupait de la santé des habitants et cultivait des jardins de plantes médicinales natives du pays que lui apportaient les Autochtones Micmacs.

L'établissement de l'Île Sainte-Croix ne fut pas une réussite. Dès le printemps 1605, la petite colonie, grandement réduite en nombre, se déplace sur la rive nord de la Baie Française pour fonder Port-Royal (aujourd'hui Annapolis Royal, N.-É.) et y demeurer environ deux ans. Forcé de déménager à nouveau, Champlain construisit une deuxième Habitation à Québec en 1608. Celle-ci fut détruite par les Anglais en 1613, après quoi Louis Hébert retourna à sa boutique d'apothicaire à Paris. Cependant, son attrait pour le Canada demeurait inchangé, et c'est pourquoi en 1617, lui et sa famille revinrent ici avec Champlain. Cette fois-ci, il alla s'établir à Québec et acquérit ainsi le titre de premier colon de la Nouvelle-France.


Peinture de Robert A. Thom

Vue agrandie (37 Ko)
 
Photo de Harry Palmer
Vue agrandie (40 Ko)

*  tiré, en partie, du livre «Great Moments in Pharmacy», de George A. Bender, Parke, Davis & Co., 1965.


    Commentaires:  bordeleauc@hotmail.com